Press "Enter" to skip to content

Comment VENDRE au moins 5 FOIS plus CHER que TOUS vos CONCURRENTS ?

Transcription générée automatiquement:

Dans cette nouvelle vidéo, on va voir ensemble comment vendre au moins 6x plus cher vos produits et services que vos concurrents. Ici Maxence Rigottier du site vivre-de-son-site-internet.com. Aujourd’hui, je suis avec Eduardo, qui est membre de mon club privé Vivre de son site web, qui est un club privé sur le business, où je parle de ClicFunnel, la vente, YouTube, Facebook et encore des dizaines d’autres modules. Tu es également membre de ma formation Patrimoine en or où j’explique comment créer une société à l’étranger, quel contrat d’assurance santé international choisir, il y a également comment se constituer une superbe retraite, etc. Et tu es également membre de mon club privé Paris Sportifs, et d’autres produits en paris sportifs. Juste avant qu’on voit tout ça en détail dans cette vidéo, je vous invite à cliquer sur le bouton « S’abonner » juste en dessous, ça vous permettra de rejoindre plus 1000 web-entrepreneurs abonnés à la chaîne YouTube. Waouwh. Merci une nouvelle fois et merci à tous pour vos messages de remerciement que je reçois au quotidien. Je vais laisser rapidement Eduardo se présenter pour que tu nous expliques les domaines où tu es aujourd’hui.

Là on est actuellement à Malte, et voilà, je te laisse rapidement te présenter et ensuite on va voir comment vendre au moins 6x plus cher que vos concurrents dans votre marché. E : Alors je m’appelle Eduardo Nuevo, mais je suis aussi connu sous un autre pseudonyme qui est Jango. On m’appelle Jango parce que je fais de la sculpture sur ballon, vous avez peut-être déjà vu ça, par exemple des gens qui font des petits chiens dans la rue. Sauf que moi j’ai un niveau un peu plus évolué, sans prise de tête. Ensuite, j’ai un deuxième…ce qui était à la base un hobby, la salsa, tout ce qui est danse américano-latine, salsa, batchata, et tchatcha, après il y a d’autres danses mais ce sont les principales. Voilà en gros ce que je fais et comme ce sont des hobbys, j’ai décidé de gagner ma vie avec.

M : Absolument. Alors je l’ai pas précisé, mais avec Eduardo on s’est rencontrés il ya 8-9 mois aux différents séminaires de Max Peccini, on voit aussi l’importance de l’environnement, l’importance d’avoir des gens qui sont dans la même énergie. Donc c’était aux différents séminaires de Max Peccini, qui est un coach haute performances en développement personnel. Et pour revenir à tout ce qui est ballons, si vous ne savez pas ce que c’est, explique nous un peu la journée-type et comment tu procèdes pour réaliser de l’argent dans ce type d’activité.

E : Alors, la journée-type de tout-un-chacun, de quelqu’un qui commence, qui fait de la sculpture sur ballon depuis 6 mois, un an. On va dans la rue, on peut faire ça dans la rue. Je vais dans la rue, je commence à faire des ballons, donc c’est le petit caniche, la girafe, de simples animaux, que l’on essaie de vendre, soit au chapeau, soit on fixe un prix, mais beaucoup fonctionnent au chapeau. Voilà, c’est la journée-type du débutant.

M : Ok, tu me disais également que généralement tu achetais à ton fournisseur des ballons à un certain prix, et qu’ensuite tu faisais x3 et que ça se vendait parfaitement. Tu m’expliquais aussi l’importance des enfants. Comment tu réalises cette empathie pour pouvoir réaliser ces ventes ? E : Alors, il y a plusieurs facteurs. Il y a d’abord la manière de s’habiller : très coloré, pour attirer l’œil. Il faut faire du bruit, avoir un quelque chose qui fait du bruit. Moi j’ai pas besoin parce que *bruits d’oiseaux*, voilà, ça part tout seul M : Tu sais faire les bruits d’oiseaux, tu me faisais des démos. La première fois, vous vous demandez où est l’oiseau, en fait c’est Eduardo ! E : Ou alors j’ai toujours un petit appareil qui fait un bruit spécial qu’on n’entend pas, ça attire, les gens se retournent sur vous. Je suis habillé dans le style de Charlie et la chocolaterie.

Quand vous voyez ça en pleine ville, fatalement ça attire le regard et on va voir ce qu’il se passe. C’est là que je sors mon ballon et que je fais ma sculpture. La différence que j’ai avec un sculpteur classique, c’est que je ne fais plus du classique, je me suis perfectionné, je me suis déplacé, j’ai été chercher le savoir chez des gens qui ont une certaine particularité qu’on ne retrouve pas dans le traditionnel. J’ai travaillé avec eux, j’ai même payé pour travailler avec eux pour être sûr d’avoir la bonne information.

Et maintenant, quand je fais du ballon, je ne fais plus du petit caniche, je me l’interdit d’ailleurs, je fais par exemple des roses. Mais quand on fait un ballon qui ressemble vraiment à une rose, pas un à-peu-près, les gens sont époustouflés et ils sont curieux de se dire « mais de quoi il est encore capable » ? Ils veulent voir la suite. M : Donc en fait, ton premier point, pour avoir le trafic, c’est interrompre la personne avec de la nouveauté, quelque chose d’inédit, en l’occurrence de la couleur, t’es vachement coloré et comme tu sais faire des bruits d’oiseaux ou réaliser l’animation, les gens s’arrêtent, tu les coupes dans leur chemin.

C’est à toi ensuite de faire le show pendant quelques minutes pour appâter l’enfant et déclencher l’achat par la suite. E : Exactement. Et il n’y a pas grand-chose à faire pour appâter avec des ballons. M : Ok, c’est ça qui est magique. Alors tu me disais, par rapport à des entreprises, on va prendre l’exemple d’Ikea ou d’autres boîtes, tu vends tes prestations à 350€ pour la demi-journée ou une petite journée avec un package inclus. La majorité des gens dans ton secteur vendent pour une soixantaine d’euros. Alors, comment tu construits l’offre et comment tu procèdes par rapport à l’objection, quand on te dit « merci monsieur mais d’habitude c’est 65€, pourquoi vous c’est 350 ». Expliques un peu comment tu procèdes pour la négociation. E : Il y a eu plusieurs démarches. Le tarif de base c’est 75€ pour 3-4 heures. Avec 75€ pour 3-4h, plus la préparation, le trajet, bah on va pas bien loin. M : C’est quasiment rien. E : Après quelques séminaires de Max, je me suis dit que je valais plus que septante-cinq euros… M : Ah oui, Eduardo est belge, tu fais tout ce que tu réalises en Belgique.

Donc 75€ pour 3-4h, tu as fait du développement personnel, tu t’es rendu compte que c’était n’importe quoi. E : Donc je fais des sculptures que très peu font, ce qui me permet d’augmenter ma valeur. Je vais me former à l’étranger, une fois par an en Allemagne, en Slovénie, beaucoup en France. Parfois, j’ai même reçu, ce qui est devenu un ami, une personnalité du ballon, quelqu’un qui est connu, quelqu’un qui a une grosse technique. Je l’ai carrément reçu chez moi, il a passé quelques jours chez moi, il voulait découvrir la Belgique, ça m’a rien coûté hormis gite et couvert, et j’ai eu une formation privée et personnalisée.

Et donc tout ça, de un je le paie, je paie le trajet pour aller en Allemagne, le séminaire, on fait des échanges, mais tout ça a un prix. Et il faut bien que je le récupère d’une manière ou d’une autre ce prix. A la base c’était même pas gagner de l’argent, c’était de récupérer mon investissement. M : Oui, tu t’es dit j’ai investi 500€ dans des hôtels, transports, formation. Si je reste à 65 ou 70€ c’est pas possible, je vais moins gagner qu’avant. E : Oui, voilà, et comme l’idée à la base c’était d’encore me former et d’apprendre plus, de me spécialiser, il fallait que j’augmente mon prix. Et je me suis dit « finalement je les vaux » parce que j’ai une technique que l’on ne voit pas partout. Et du coup, en faisant des calculs, j’ai dit 350€ pour 4h, je demande ça et ça marche comme ça : 45 min ou je sculpte le ballon et 15 min de pause, à chaque fois. M : D’accord, donc 4h, 350€. Comment tu décroches les clients, des entreprises, alors que tout le monde est à 60-80€.

E : Alors, toutes les personnes que je connais avec qui j’ai travaillé à 75€, quand elles me retéléphonent, j’envoie les copains qui fonctionnent à ces prix-là, parce qu’ils proposent pas la même chose. Même moi, quand je dois proposer un travail de qualité moindre, parce qu’il y a des moments où, quand c’est quelqu’un qui a 500 gosses, on doit faire des petits chiens, je peux pas commence à servir tout le monde avec des roses ou dauphins sophistiqués, ça va faire plaisir aux potes. Par contre je leur dit, je leur explique que mon prix a augmenté et pourquoi il a augmenté. Ce qui est plus facile c’est avec un nouveau client. Un ancien comprend moins bien. Un nouveau me dit « oui j’ai déjà téléphoné ailleurs, j’en ai trouvé à 75 ou 100€, vous êtes à 350, c’est différent ». Je leur explique que je suis un spécialiste, que je fais des modèles qui sont très peu répandus dans le monde, on est plusieurs à les faire, on est disparates et en Belgique j’en connais, allez, 5, qui ont ce niveau.

Donc même quand on m’appelle et qu’on me dit que je suis trop cher et qu’on va essayer avec le collègue à 75€, je dis « écoutez pas de problème, rappelez moi l’année prochaine, mais l’an prochain je vous préviens, je serai à 400€ ». M : D’accord. E : Et dans la majorité des cas, les gens me rappellent parce qu’ils ont vu la différence de qualité. Moi j’ai un costume pro qui coûte un prix, j’ai un système déambulatoire. Je suis prêt en 5 minutes et en 5 minutes je disparais, on me voit plus. Tandis que quelqu’un qui n’a pas de budget bah il commence à venir avec des caisses, ceci, cela. Voilà, il y a tout ce côté professionnalisme qui n’existe pas.

M : Ok, en gros, c’est comme ce que vous devez faire dans vos vidéos et pages de ventes, c’est construire la valeur. Comme tu l’expliques, vous êtes que 5 en Belgique monde à pouvoir faire ça, des choses sophistiqués. Tu expliques que t’arrives à déballer, à mettre en place en quelques minutes au lieu de 30-45. Et ensuite, un taux de satisfaction élevé : on augmente la valeur de la marque en question. E : Et j’arrive même, quand on me téléphone pour un contact, je commence à écouter ce qu’on me dit, j’arrive même à dire à mon client « écoutez je viens gratuitement, parce que je sens que là où je vais bosser, je vais gagner plus à vendre mes ballons qu’à être payé pour les donner ».

Parce qu’être payé pour les donner, y a rien de plus ingrat, on travaille à la chaîne, il faut les donner. Quand c’est payant, les gens sont intéressés, c’est joli, c’est beau, je vais faire attention à mon ballon, je vais pas le péter dans 30 secondes, et à partir du moment où y a de la foule, je lui propose de me payer à manger et de m’assurer un bel endroit pour travailler et j’assure que l’animation sera gratuite. Je vais vendre mes ballons et je sais très bien que je vais mieux gagner ma vie qu’en état payé 350€ M : Absolument, là où t’es malin, il faut toujours avoir ce côté business, c’est que même pour 4h, tu vas gagner 350€, si y a vraiment un immense marché et t’es sûr de ta force. On prend un exemple fictif, tu achètes le ballon 5€ et le revends 15€, donc tu fais 10€ de marge à chaque fois, tu calcules le temps qu’il te faut pour le faire.

Et souvent au lieu de gagner 350€, tu vas gagner 600 à 1000€ dans la demi-journée. Donc évidement c’est encore plus malin de venir gratuitement. E : Mais y a quand même un contrat derrière, je demande un contrat malgré que ce soit gratuit, et alors j’essaie d’avoir un contrat, et en général je l’ai, pour l’an prochain. Et surtout d’être le seul l’an prochain. Parce que quand on travaille bien à un endroit, tout le monde arrive.

En parlant du rapport qualité-prix, un paquet de ballons c’est 5,56€ TTC pour 100 ballons et je vends mon ballon 1€ pièce. M : Donc 1€ le ballon, et tu l’as à 0,05€… E : Oui, je revends mon paquet 100€. M : Donc tu fais 95€ de marge en quelques sortes, ok. E : Voilà, c’est le calcul de base, achat-vente. M : Tu achètes 5,56€, tu fais ton animation et boum, 100€ qui tombent. E : C’est vraiment la marge la plus grosse que je connaisse… M : C’est limite comme internet en quasiment mieux, c’est juste que là c’est du business en dur, mais c’est excellent. Alors je vais te poser une question, que vous vous posez aussi sans doute : en quoi vous êtes unique ? Hier je recevais un paiement pour un coaching, et donc, c’est quoi le coaching ? C’est 700€ pour deux heures, et quand vous achetez un produit spécifique, vous avez une offre à 397€ pour deux heures.

Vous payez 400€, vous avez 2 heures de coaching privé avec moi. Et je me suis dit encore une fois que beaucoup de coaches arrivent pas à vendre 50 ou 100€ de l’heure, et moi j’ai mis 400€ les deux heures, soit 200€ l’heure, et, c’est, entre guillemets, pour pas en vendre, pas que j’aime pas en faire, mais comme vous le savez, si vous vendez votre temps, c’est votre valeur la plus précieuse, on peut pas en vendre beaucoup. On vend son temps, même si c’est 200€ de l’heure. Donc je me suis dit que j’allais encore augmenter le tarif. Parce que je vends des coachings à 200€ de l’heure, et je me suis posé la question « en quoi je suis unique ? » Comment ça se fait qu’il y ait des gens, à 200€ de l’heure, évidemment il y en a qui arrivent à vendre 500, 1000 ou 2000€ voire plus de l’heure. En quoi êtes-vous unique ? La pire chose, c’est que vous soyez généraliste. Vous allez avoir des clients…pensez aux médecins généralistes, ils ont tout le monde, mais ils mettent 23€, 30, 40€. Le spécialiste, l’expert, par exemple un ophtalmo, un podologue, il va pas prendre 20 ou 30€, ça va être bien plus par consultation.

Deuxième exemple, les hôtels, vous vous direz, je vais dormir, pourquoi je vais payer dans un certain cas 150€ ou 200€ la nuit et pourquoi dans d’autres cas 15 ou 20€ la nuit ? Parce que c’est un différentiel d’expertise : un hôtel 5* vous avez un immense service, une qualité extraordinaire, vous en prenez plein la vue, que ce soit la vue ou même le confort, voilà pourquoi je suis un fan de ces hôtels ; alors qu’une auberge de jeunesse c’est carde, c’est pour vous montrer. Vous aurez toujours des clients en étant généraliste, mais vous serez soumis au prix. Comme tu l’as dit tes copains sont obligés de travailler pour 75€ alors que t’es à 350€, juste parce qu’ils ont rien d’unique, juste parce qu’ils sont généraux.

C’est comme vous, si vous avez des clients en étant général, vous vous dites en quoi êtes-vous unique ? Moi, dans les paris sportifs, je suis unique parce que je suis expert en bookmaker.com, suivi de tipsters et Betfair, c’est des choses bien spécifiques que les gens viennent chez moi parce que je suis le seul en francophonie. En course à pied, je vends des stages en collaboration avec quelqu’un d’autre, sur le Kenya, l’Ethiopie et le Maroc.

Je suis unique, parce que si vous voulez faire un stage en France, tout le monde le fait. Par contre, dans des pays comme ça, ça fait rêver, surtout si vous êtres un coureur élite, on passe par mes services. Et pour le blogging web-entreprenariat, pareil, pourquoi on achète mes services ? Parce que je ne fais pas une redite comme tout le monde, je parle de ClicFunnel, Stripe, comment créer une société à l’étranger, toutes ces choses-là, c’est pas une redite que l’on a des dizaines de fois. C’est pour ces raisons précises, en plus du côté jeune moins de 30 ans qui attire pas mal de monde, mais c’est pour vous montrer un ordre d’idée. Donc Eduardo, en quoi est-tu unique pour arriver à ces tarifs qui sont 6x supérieurs à la concurrence sur le marché ? E : Bah, ce qui fait que je suis unique, c’est un peu ma carrière, j’ai 20 ans de carrière, de connaissance. M : On pourrait se dire qu’un médecin ou un hôtel a 20 ans de carrière et pourtant il est toujours à 25 balles de l’heure ou de la prestation E : Après y a de la réflexion derrière.

Bon moi, pourquoi je suis unique ? Bah c’est parce que je me forme avec les meilleurs. Je vais me former aussi, pas dans la masse, mais dans la rareté. M : Excellent. E : Ou alors je vais dans l’innovation. Y a un film qui sort, par exemple quand les Minions sont sortis, tout de suite je me suis mis, je me suis dit qu’il fallait que je sorte un Minion, j’ai une semaine pour sortir un Minion.

Au début mon Minion fait 25 ballons, c’est cher à la vente, et à force de faire et refaire, mon Minion il est fait en 4 ballons, il tape bien, on peut pas dire que c’est autre chose, et bim, ça vient de sortir, je suis un super sculpteur parce qu’on a jamais vu un Minion vu que c’est nouveau. Il faut être à l’affût de la nouveauté. M : Donc vraiment, 1 : l’inédit. Comme tu l’as dit tout à l’heure tu es dans le top 5 belge par rapport à ce qui se réalise. Les gens se disent « ouah, c’est nouveau », donc ça a une plus grosse valeur que si c’est du déjà vu. On va prendre l’exemple d’un séminaire de Max, c’est un coach de développement personnel, je suis fan de lui.

Pourquoi il a des tarifs assez élevés et pourquoi il arrive à avoir pas mal de monde ? La première chose c’est qu’il a été millionnaire avant 30 ans, ça a une valeur par rapport à n’importe quel coach. Deuxième chose, c’est qu’il a déjà réussi dans un autre marché, il a un réseau. On va réaliser Business Max, il va avoir des intervenants qui font beaucoup de chiffre d’affaires. Dans Destination Réussite, il y avait des stars comme Hélène Ségara, Nikos Aliagas, etc., donc forcément ça a une valeur supérieure qu’un quelconque séminaire parce que c’est jamais vu, c’est très important. Moi aussi, je vais partie du top 1% des revenus web francophone. J’ai à peine 27 ans, donc pareil, ça a une valeur tout ça, j’ai réussi dans un autre marché, donc ça a une valeur. C’est pour ça que des gens achètent mes coachings à 200€ de l’heure, j’avais augmenté le tarif dans le passé par rapport à ça. Parce que ça a une valeur, je dis pas que c’est du déjà vu, mais c’est un peu comme Eduardo, on est 5 ou 6 dans mon marché à être supérieurs, dans le top 1%, 10 000€ par mois, avec moins de 30 ans je suis peut-être le seul et avoir réussi dans d’autres marchés. C’est important, ça a une valeur.

En parallèle, tu me disais que t’as une activité sur la salsa. Comment tu as mis cette passion à profit ? Moi je connais rien à la salsa donc tu m’as un peu expliqué toutes ces choses là. J’ai jamais dansé de ma vie donc je ne connais rien à toutes ces choses. Comment tu as procédé cette activité qui est souvent gratuite ou offerte à un petit business où tu m’as dit que t’avais réalisé 2000€ avec une salle de 180 personnes. Explique nous comment t’as amené et inculqué ce tarif, pas très élevé, mais y a le business derrière.

E : Avant tout c’est une passion, comme le ballon. M : Tu t’es dit une nouvelle fois « comment gagner de l’argent avec sa passion ? » E : Voilà. Alors au début, quand j’ai une passion, j’y vais à fond, alors quand j’ai commencé la salsa, c’était tous les jours, une ou deux heures par jour, des cours partout. Donc, de manière intensive, ce qui fait qu’au bout de deux ans j’avais le niveau qu’on a après 5 ans de salsa. Aujourd’hui ça fait 8 ans que je fais de la salsa, il y a salsa, batchata, tchatcha. Ce que j’aime le plus c’est la batchata. Je me suis rendu compte qu’il y avait pas beaucoup de prof de cette danse. M : Donc pareil, grosse offre mais peu de demande en batchata. Je ne sais pas ce que c’est… E : C’est le slow de la salsa, c’est un peu plus sensuel, il faut le voir, c’est difficile à expliquer. Donc c’est un moment où je voulais donner des cours de salsa, j’ai commencé à le faire, je ne prenais pas mon pied et il y a beaucoup trop de profs.

Par contre en batchata, je prends mon pied c’est vraiment une passion. Et il y a peu de profs. A la base je donnais cours pour dire que je vais m’assurer moi de pratiquer au moins une ou deux heures par semaine la batchata, m’entraîner et faire profiter de cet entraînement à d’autres personnes. Ces cours, je les avais pensé gratuits à l’origine. Et les gens m’ont dit qu’ils allaient payer parce que le cours était très bon.

Donc les gens ont commencé à payer le cours et de fil en aiguille, c’est parti comme ça, j’ai eu de plus en plus d’élèves, ça m’a permis d’avoir des liquidités pour me spécialiser, notamment aujourd’hui je vais en Espagne pour aller chercher des cours bien précis, pour aller chercher des cours avec les champions du monde. Je vais à Paris chaque année, on a les meilleurs dans le festival, on apprend des figures, des mouvements, on répète. De fil en aiguille, j’ai construit un réseau, rencontré une personne qui vent des souliers de danse, de salsa, une autre personne qui donne des cours de danse orientale. On a commencé à monter un groupe, on a fait ce qu’on appelle le festival des 4 saisons et maintenant on organise une soirée à chaque changement de saison, avec des cours en préparation de la soirée.

Ensuite il y a la soirée, je suis DJ latino, on invite des DJ, puisqu’on peut pas être partout, j’aime bien danser aussi. Ce sont des soirées avec des entrées payantes, avec les cours payants, les boissons payantes. De fil en aguille on a commencé dans une petite salle où on était une cinquantaine, maintenant on a une salle avec un parquet de 165m² qui est remplie. La dernière soirée on avait 135 entrées payantes, ce qui est une grosse réussite dans notre région. M : Explique-nous un peu, tu m’avais évoqué 3 formules, une à 7€, une à 14€, et une à 20€. Explique-nous comment tu as mis en place ces différentes formules et quelles sont les résultats. On va revenir aussi sur le fait de faire une soirée.

E : C’est simple, un cours c’est 7€, donc la personne qui vient au premier cours, c’est en général un cours débutant ou pas difficile. M : 7€ pour une heure ? E : Oui. Ensuite il y a un deuxième cours, le niveau est un peu plus élevé, intermédiaire, ça dépend du public, on peut monter le niveau, c’est 7€ aussi. M : Donc première vente additionnelle. E : Oui. Et on a l’entrée à la soirée, on peut venir à partir de 10h uniquement à la soirée, l’entrée est à 7€. M : Donc quelle est l’autre vente additionnelle ? Tu m’avais dit 20€ pour une formule. E : Ah non, 20€ c’est quand on prend les trois. M : D’accord, quels sont les résultats ? Combien prennent à 7€, à 14€ et à 20€ ? E : Alors, entrée de la soirée, ça m’a fait 135 personnes payantes. 23 couples au deuxième cours, donc 46 personnes à 7€. Et 11 ou 12 couples au premier cours à 7€.

M : Ok, donc 135 à 7€, sur ces 135, 46 ont pris la vente additionnelle, soit 30%, on voit l’importance de proposer des ventes additionnelles, et encore 12 couples, donc 24 personnes qui a pris le package all-inclusive à 20€, environ 15%. On voit encore l’importance d’avoir une large gamme et différentes offres. Par rapport à ce côté rareté, tu as des amis qui font les cours une fois par mois. Pourquoi toi tu as décidé de les faire seulement une fois par trimestre ? E : Parce qu’une fois par mois ça marche un mois, deux mois, le troisième mois on n’a plus que 20 personnes et organiser une soirée pour 20 personnes c’est pas gai.

Et les rentrées d’argent sont pas les mêmes alors que l’énergie dépensée est la même si c’est pas plus. Donc on a déjà le festival des 4 saisons, on a trouvé la raison de pourquoi une soirée tous les 4 trimestres, on fête les saisons, mais on a la rareté, on a été chercher le grand luxe pour les danseurs. L’idée, c’est en tant que danseur, quelle est la meilleure soirée pour moi ? On a une très belle salle avec un parquet de 165m², on a de la place sur le côté. Dans les soirées salsa, en général on est debout, y a pas de chaises, y a rien. Chez nous y a des tables, des chaises, on peut poser son sac quelque part, notamment pour les danseurs, même les hommes doivent amener leurs chaussures. La qualité du son, on a acheté une super sono, j’ai tourné au moins pendant 6 mois à poser des questions à des amis DJ, à des connaissances, à aller voir des revendeurs en pagaille, on a acheté une sono de qualité, les gens n’en reviennent pas.

On n’a même pas besoin de mettre le son à fond, avec une musique… y a un certain son qui sort, on met de la puissance mais c’est pas du BOOM BOOM, ça crie pas. On a plusieurs enceintes donc le son est bien réparti dans toute la piste de dance, que l’on soit au bout, d’un côté ou de l’autre, le son est bon. Souvent ce qui arrive en soirée c’est que les enceintes sont devant et donc il faut y être. Et c’est important en salsa ou batchata de bien entendre la musique parce qu’il y a un tempo à respecter. Il y a ça et il y a la lumière, on a une équipe de 4, 2 hommes et 2 femmes. C’est important de mettre des femmes dans votre équipe parce que la touche féminine… y a des choses que je ne ferais pas, les femmes disent « on va faire ça et ça », je laisse faire et la salle est décoré comme jamais je l’aurais fait moi.

M : Donc la touche féminine est importante. E : Oui. Et cerise sur le gâteau, parce qu’au début, on n’avait pas les moyens, au début je leur ai donné 50€ de budget, pas plus. Et avec 50€, elles ont fait un truc terrible. Les ressources, quand vous donnez la possibilité aux gens, ils les trouvent. M : Oui, beaucoup de gens ont un esprit créatif hors-norme, c’est important de laisser carte blanche à tout ça. Et par rapport aux coûts, tu as dit juste avant que tu avais réalisé 2000€ de recettes, quels sont les frais. Est-ce que t’as une location de salle, quoi donc ? C’est quoi les frais, 500, 1000€ ? E : La sono nous coûte 2000€ par exemple. M : C’est une fois ça par contre. E : Oui. M : Donc si tu l’amortis, ça fait peut-être 200€ par soirée. E : Elle est amortie déjà. On a fait 5 soirée elle est amortie. M : La salle c’est un paiement récurrent par exemple. E : Alors vu qu’elle est plus grande, c’est plus cher.

Elle nous coûte 450€. Faut savoir qu’à la base elle coûte 650€. Mais comme le parquet est un peu défectueux, et qu’un des 4 associés est très bon bricoleur, c’est même son métier, on a refait le parquet à nos frais au niveau de la main d’œuvre, et le propriétaire de la salle nous a dit « ok je vous la laisse à 450 au lieu de 650 » mais rien que pour nous. En plus on a demandé, parce que la salle est très belle et donc tout le monde la veut, on a demandé l’exclusivité de la salle, qu’on ne puisse pas faire d’autres soirées latinos sans passer par nous en tout cas. M : Donc c’est très important.

E : Oui oui. M : Ok, donc merci pour ton retour d’expérience, et c’est ce qu’on évoquait, vu que tu es membre de mon club privé Vivre de son site web, tu vas mettre en place différentes formules en ligne. On était partis sur 3 formules, la première, Débutant, la seconde, Intermédiaire et la dernière, Elite, Professionnel ou Avancé. C’est important d’avoir des formules en fonction du niveau de chacun, parce que, comme tu l’as dit, si quelqu’un veut un niveau expert mais qu’il ne connait pas les bases de débutant, ça va être compliqué pour lui. Ok, merci pour ton retour d’expérience ! Très important, si vous êtes encore là, juste au moment de cette vidéo, c’est que vous l’avez appréciée, donc je vous invite à cliquer sur « Like » juste en dessous. Egalement, posez vous la question suivante : en quoi êtes-vous unique ? Autre chose : est-ce que vous vous formez ? Et si vous vous formez, est-ce que vous vous formez au moins sur le top 3 de ce qui vous intéresse ? En l’occurrence, toi pour les ballons et la salsa tu vas toujours sur le meilleur.

Très très important que vous ailliez voir les ou le meilleur. Donc première question : en quoi êtes-vous unique ? Et deuxième question : est-ce que vous vous formez ? Que ce soit sur le plan national ou international, ça va vous permettre de décoller. Juste avant de vous quitter, je vous invite à télécharger votre cadeau de bienvenue, un lien dans la vidéo YouTube vous redirigera sur une page où vous indiquerez vos noms et adresse email, vous apprendrez comment j’ai gagné 71 495€ en 12 mois avec deux sites web. Il suffit juste de cliquer sur ce lien. C’était il y a quelques années, ça a augmenté depuis mais ça vous donnera la marche à suivre pour monétiser votre activité en ligne. Cliquez maintenant sur le lien, vous recevrez instantanément cette vidéo bonus. Si vous visionnez cette vidéo en mobilité, vous avez le « i » comme infos en haut à droite de la vidéo et tout est dans la description, avec les liens de mes différentes formations et celles que je recommande. A très vite, bye !